Ex-consultant mal dans ma peau, je suis devenu chef de choeur

Si on m’avait dit à 18 ans que je dirigerais des choeurs et que j’aiderais des personnes à choisir une vie professionnelle épanouissante, j’aurais eu du mal à y croire.

Je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire de ma vie.

J’ai eu la chance et le malheur d’être bon dans mes études : je tirais la reconnaissance de mon entourage de mes résultats scolaires – et développais mon intellect au détriment de mon intelligence émotionnelle.

Mon père m’avait offert un livre de soeur Emmanuelle. Le titre m’angoissait : “Vivre, à quoi ça sert ?” Il est resté 2 ans fermé dans ma bibliothèque – j’avais peur de ce que j’allais y découvrir.

En rédigeant des lettres de motivation pour des prépas scientifiques, j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’avais absolument aucune idée de ce que je souhaitais faire de ma vie.

A la fin de mes études d’ingénieur aux Mines de Paris, j’ai rejoint l’équipe Secteur public du cabinet BearingPoint pour progresser rapidement, dans un milieu bienveillant, sur des projets d’intérêt général.

Pas mal visé… sauf que je me sentais assez seul à vouloir sauver le monde et manger végétarien quand mes collègues parlaient séries télé et promotions et se plaignaient de leur chef.fe/client.e.s/collègue. Et si autour de moi, certaines personnes étaient passionnées par le secteur public, il me manquait le drive commercial, vital dans ce métier.

Je me souviens d’une mission en partenariat avec un cabinet à la culture beaucoup plus shark, à 2 heures de chez moi, où je travaillais tard, je partais chez moi le lundi et rentrais le jeudi – dans le train, toujours à bosser sur mon portable, mon élégante cravate m’apparaissait comme une chaîne. A l’hôtel un mercredi soir, tentant de travailler, le Coronation Anthem que j’apprenais pour mon choeur (dont je manquais la moitié des répétitions) dans les oreillettes, j’ai bloqué, je n’avais plus d’énergie.

Je savais que je devais chercher autre chose. Mais j’étais loin de chez moi, sur une mission challengeante avec des enjeux de calcul de la paie de milliers de personnes, et déjà pas suffisamment d’énergie pour la mener à bien – comment prendre le temps de l’introspection, comment rencontrer des gens ? Je me sentais piégé, et j’avais honte de moi.

Après deux longues années, j’ai quitté mon cabinet de conseil pour m’entourer de personnes en recherche de sens dans leur travail, au sein d’une coopérative fournissant de l’électricité renouvelable. J’avais davantage de fit avec les militant.e.s de la coopérative, et j’étais fier de la liberté que je prenais dans ma carrière. Pour autant, je n’étais toujours pas aligné avec la finalité de l’entreprise – remplacer du nucléaire par du renouvelable ne me paraissait pas particulièrement utile pour le climat.

Votre serviteur dirige ici le Choeur de chambre de l’Académie de musique (Paris).

La musique a commencé à prendre de la place dans ma vie. Chanteur amateur depuis 10 ans, j’ai débuté un blog de technique vocale. Puis j’ai donné des leçons de chant. Puis j’ai chanté un rôle d’opéra, avec orchestre et costumes… J’ai fini par penser à la musique presque toute la journée.

J’ai décidé de voir à quoi ressemble la vie lorsque je suis mes envies profondes. 

J’ai quitté ma coopérative pour me lancer à temps plein dans des études de chef de choeur et de chanteur lyrique.

J’ai pris cette décision avec de nombreuses peurs et inconnues – comment gagnerai-je ma vie ? pourrai-je mener un groupe après une précédente expérience de management pour le moins difficile ? serai-je capable de développer des compétences artistiques – qui plus est à 30 ans ?

J’ai créé un ensemble vocal à 12 voix. Au premier concert, une amie proche m’a confié avoir été émue aux larmes ; elle se sentait connectée à quelque chose de plus grand. 

J’ai souhaité faire vivre cette expérience à d’autres personnes. J’ai postulé auprès de 3 conservatoires européens et ai été admis à Amsterdam.

Quelle joie !

J’avais rendu caduques mes peurs et mes doutes. Je me sentais une force que je n’avais encore jamais connue – si j’ai réussi cela, alors je peux réussir tout ce que j’entreprends !

A ce stade, j’ai souhaité construire mon autonomie pour promouvoir des causes sociales et environnementales avec la musique, et partager cette expérience avec des personnes qui souhaitent choisir une voie professionnelle qui les inspire profondément. Ces deux souhaits ont donné naissance au programme Aligner vie et envies !

J’ai suivi une formation de coach chez Coach Académie. Les personnes les plus curieuses pourront vérifier mes certifications et diplômes 😉

Cette formation me permet de vous accompagner comme coach sur d’autres problématiques. Si vous êtes intéressé.e, vous pouvez me faire part de votre situation via le formulaire de contact, et je vous indiquerai rapidement si ma compétence peut vous être utile.

Déclaration d’activité enregistrée sous le numéro 11910873091 auprès du préfet de région d’Ile-de-France.